Technical Excellence & Value Management Conference- Day 2 Highlights (AIRC)

Technical Excellence & Value Management Conference- Day 2 Highlights

Africa Integrated Reporting Conference

The conference held on 09 October 2018, attracting 110 delegates from 13 countries across the continent including; Kenya, Sierra Leone, Rwanda, Botswana, Malawi, Nigeria, Zambia, South Africa, Zimbabwe, Uganda, Morocco, Chad, and Lesotho.

 

 

Session 1A: Message from Professor Mervin King, Chair AIRC:

Mervin King message

 

Session 1B: Message from the CEO of the International Integrated Reporting Council (IIRC)

Watch video by Richard Howitt

 

Session 2: The Why and Benefits of Integrated Reporting

Chairperson- Admire Ndurunduru, Executive Secretary PAAB Zimbabwe

Panelists- Ralitza Germanova, IFC; Edwin Njamura, Director Corporate Services, Kenya; Vickson Ncube, CEO PAFA .

Representatives from investor community, regulator (Capital Market Authority), and accountancy profession share views on the rational for Integrated Thinking and Reporting.

Ralitza Germanova, Corporate Governance Officer, outlines distinction between #sustainabilityreporting and #integratedreporting.

 

Session 3: Implement approaches and recent achievement

Chairperson- CPA Edwin Makori, CEO ICPAK;

Panelists- Larissa CLark, Director EY; Susan Blesener, IFC; Verily Molatedi, CEO BICA; Samuel M. Munyua, KCB Group Finance Director.

Edwin Makori, ICPAK CEO opened the session; " ...we need to have a mind shift moving from financial resources to understanding other capitals and how they impact each other...".

Susan Blesener IFC said; "The immediate benefits of IR are: (1) Internal staff have a greater sense of what they should be doing; and (2) the availability of cascaded higher quality information for boards to make better informed decisions...Benefits come even before the organization puts out its first Integrated Report..."

In responding to a question on how to deal with continuity of boards especially in the public sector where membership changes every three years, Blesener responds;" Rapid change poses challenges for continuity, but companies can embed these principles into the company's ethos. Also listing presents an opportunity for you to reinforce to investors where you are taking the company, not just  to maximize shareholder value."

Larissa Clark, Director EY, shares the South Africa Integrated Reporting journey. " South Africa is a leader in implementing the reform and has many examples to share..." View presentation

 

Verily Molatedi, CEO BICA, updated on the establishment of the Botswana Integrated Reporting Committee. In responding to the question on how activities of the committee would be financed to promote Integrated Reporting, Ms Molatetdi said; ", and plan to both allocate a percentage of our member subscriptions and the contributions of our IR committee members to support the funding of IR activities."

Samuel Munyua, KCB on the simplification of the Integrated Reporting process and output shared that " Kenya Commercial Bank Integrated Report is currently less than forty pages."

 

Session 4: Role of different stakeholders in implementing the reform

Chairperson- Lebogang Senne, Technical Director, PAFA

Panelists- Loshni Naidoo, Project Director, SAICA; Patrick Kabuya, Snr. Governance Specialist, World Bank Group; Anesu Daka, Group CEO IFAC representative; Ciara Reintjes, IRBA representative.

 

Loshni Naidoo delivered a presentation on stakeholder roles in in implementing IR reforms, reiterating; "...the world is changing and accountants must aim to look beyond financials.". In responding to a question on how the various capitals in IR should be weighted, and if Financial Capital should be given greater focus versus other capitals, Loshni said; "...consider all 6 capitals bearing in mind that focus will vary from one company to the next. There will also be a trade off...". View presentation

Anesu Daka discussed how integrated reporting fits into the reporting landscape. View presentation

Patrick Kabuya outlined the role of the World Bank Group in promoting Integrated Reporting; " The WB plays a key role in influencing and supporting the reform and member countries; and developing tools and hosting events to promote IR.". In responding to a question on how the various capitals in IR should be weighted, and if Financial Capital should be given greater focus versus other capitals, Patrick said; "...consider all 6 capitals bearing in mind that focus will vary from one company to the next. There will also be a trade off..."

Ciara Reintjes, IRBA representative discussed the assurance of narrative information and reporting projections, emphasizing that; " professional judgment and skepticism is key..." View presentation

 

Session 5: What next for Africa in Adoption and implementation of the reform

Chairperson- Innocent Okwuosa, ICAN

Panelists- Goolam Modak, HoD- College of Accounting,University of Capetown; Nasser Saddiqi, Director of Corporate Finance & Market, Moroccan Authority of Capital Markets; Daniel Asapokhai, CEO Financial Reporting Council, Nigeria.

Daniel Asapokhai said " In the context of Nigeria, less than 25% of companies that produce sustainability reporting may contribute more than 75% of market capitalization." View presentation

Nasser Saddiqi discussed the Moroccan approach to Integrated Reporting, outlining the key challenges as capacity building, reporting non- financial matters, and external auditor gaps in defining IR standards." He added that; "currently 30 listed organisations in Morroco have adopted integrated reporting." View presentation

Goolam Modak presented high level insights on research carried out on behalf of the AIRC by the University of Cape Town, on where companies in Africa are in terms of IR. In responding to a question on the basis for the selection of the eight countries sampled in the research, Modak said; "There were 3 guiding principles for the selection; the presence of a strong Stock Exchange; A strong Professional Accountancy Organisation; and the maturity of reporting in the country." View presentation

 

Conférence sur l'excellence technique et la gestion de la valeur - [Conférence sur l'intégration du rapport sur l'Afrique] Jour 2

Conférence sur l'excellence technique et la gestion de la valeur - Points saillants de la deuxième journée (Jour – 2)

Conférence sur les rapports intégrés en Afrique

La conférence du 9 octobre 2018 a attiré 110 délégués de 13 pays du continent, notamment: Kenya, Sierra Leone, Rwanda, Botswana, Malawi, Nigéria, Zambie, Afrique du Sud, Zimbabwe, Ouganda, Maroc, Tchad et Lesotho.

“Il est dans l’intérêt de notre continent que les pays africains commencent à mettre en œuvre le rapport intégré (IR) car c’est l’avenir du rapport et une meilleure image de sa capacité à créer de la valeur sur le long terme, il en résultera pour les auditeurs non seulement 20% des auditeurs la valeur organisationnelle (financière), mais aussi les 80% (actifs incorporels) qui sont également critiques”.

 

Session 2: Pourquoi et avantages du rapport intégré

Président - Admire Ndurunduru, Secrétaire exécutif du CCPP du Zimbabwe

Membres du panel - Ralitza Germanova, IFC; Edwin Njamura, directeur des services généraux, Kenya; Vickson Ncube, PDG de PAFA.

Des représentants de la communauté des investisseurs, des régulateurs (Autorité du marché des capitaux) et des professionnels de la comptabilité échangent leurs points de vue sur la rationalité de la réflexion intégrée et des rapports.

Ralitza Germanova, chargée de la gouvernance d'entreprise, souligne la distinction entre # déclaration de durabilité et # déclaration intégrée.

 

Session 3: Mettre en œuvre les approches et les réalisations récentes

Président - CPA Edwin Makori, PDG d'ICPAK;

Panélistes - Larissa CLark, directrice EY; Susan Blesener, IFC; Verily Molatedi, PDG de BICA; Samuel M. Munyua, directeur financier du groupe KCB.

Edwin Makori, PDG d’ICPAK, a ouvert la session; "... nous devons changer d'avis et passer des ressources financières à la compréhension des autres capitales et de leur impact mutuel ...".

Susan Blesener de la  SFI a déclaré: "Les avantages immédiats de la RI sont les suivants: (1) le personnel interne a une meilleure idée de ce qu'il devrait faire; et (2) la disponibilité d'informations en cascade de meilleure qualité permettant aux conseils de prendre des décisions plus éclairées. organisation publie son premier rapport intégré ... "

En répondant à une question sur la manière de gérer la continuité des conseils d’administration, en particulier dans le secteur public où l’effectif change tous les trois ans, Blesener répond: "Les changements rapides posent des problèmes en termes de continuité, mais les entreprises peuvent intégrer ces principes à leur philosophie. une opportunité pour vous de renforcer les investisseurs où vous emmenez la société, pas seulement pour maximiser la valeur pour les actionnaires. "

Larissa Clark, directrice d'EY, partage le parcours de rapport intégré en Afrique du Sud. "L'Afrique du Sud est un chef de file dans la mise en œuvre de la réforme et a de nombreux exemples à partager ..." Voir la presentation

 

Session 4: Rôle des différentes parties prenantes dans la mise en œuvre de la réforme

Président - Lebogang Senne, Directeur technique, PAFA

Panélistes - Loshni Naidoo, directeur de projet, SAICA; Patrick Kabuya, Snr. Spécialiste de la gouvernance, Groupe de la Banque mondiale; Anesu Daka, directrice générale du groupe, représentant de l'IFAC; Ciara Reintjes, représentant de l'IRBA.

Loshni Naidoo a présenté un exposé sur les rôles des parties prenantes dans la mise en œuvre des réformes des relations internationales. "... le monde change et les comptables doivent viser à aller au-delà de la finance." En réponse à une question sur la manière dont les différentes capitales dans les relations internationales devraient être pondérées, et si le capital financier devrait être davantage ciblé par rapport aux autres capitales, a déclaré Loshni; "... considérez les 6 capitales en gardant à l'esprit que l'objectif variera d'une entreprise à l'autre. Il y aura aussi un compromis ...". Voir la présentation

Anesu Daka a expliqué comment les rapports intégrés s'intégraient dans le paysage des rapports. Voir la présentation

Patrick Kabuya a souligné le rôle du Groupe de la Banque mondiale dans la promotion du rapport intégré; "La Banque mondiale joue un rôle clé en influençant et en soutenant la réforme et les pays membres; en développant des outils et en organisant des événements pour promouvoir les relations internationales.". En répondant à une question sur la manière dont les différentes capitales dans les RI devraient être pondérées et si le capital financier devrait être davantage ciblé par rapport aux autres capitales, Patrick a déclaré; "... considérez les 6 capitales en gardant à l'esprit que l'objectif variera d'une entreprise à l'autre. Il y aura aussi un compromis ..."

 

Ciara Reintjes, représentante d’IRBA, a discuté de l’assurance des informations narratives et des projections de rapports, en soulignant que "le jugement professionnel et le scepticisme sont la clé ..." Voir la présentation

 

Session 5: Quel avenir pour l'Afrique en adoption et mise en œuvre de la réforme

Président - Innocent Okwuosa, ICAN

Panélistes - Goolam Modak, HoD - Collège de comptabilité, Université de Capetown; Nasser Saddiqi, Directeur du financement des entreprises et des marchés, Autorité marocaine des marchés de capitaux; Daniel Asapokhai, PDG Financial Rapport Council, Nigéria.

Daniel Asapokhai a déclaré: "Dans le contexte du Nigeria, moins de 25% des entreprises qui produisent des rapports de développement durable peuvent contribuer à plus de 75% de la capitalisation boursière." Voir la présentation

Nasser Saddiqi a abordé l'approche marocaine en matière de rapport intégré, en soulignant les principaux défis que sont le renforcement des capacités, le rapport des questions non financières et les lacunes des auditeurs externes dans la définition des normes IR. Actuellement, 30 organisations cotées au Maroc ont adopté le rapport intégré. "Voir la présentation

Goolam Modak a présenté des informations de haut niveau sur les recherches effectuées pour le compte de l'AIRC par l'Université du Cap, sur la situation des sociétés en Afrique en matière de relations internationales. En répondant à une question sur la base de la sélection des huit pays échantillonnés dans la recherche, Modak a déclaré: "Il y avait 3 principes directeurs pour la sélection: la présence d'une bourse forte; une organisation de comptabilité professionnelle forte; et la maturité des rapports dans le pays." Voir la présentation